GEMASS

Groupe d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne

Accueil > Activités scientifiques > Calendrier des soutenances

Morgan Kitzmann. 3 décembre 2019. 9h30. Maison de la recherche. Amphithéâtre G. Molinié (D035)

"Le complément grand-parental.
Arrangements quotidiens, solidarités familiales et inégalités sociales au prisme de la prise en charge des jeunes enfants par les grands-parents"

Le jury sera composé de :

M. Olivier GALLAND – Directeur de recherche, CNRS/Gemass (co-directeur)

Mme Françoise LE BORGNE-UGUEN – Professeure des universités, Université de Bretagne Occidentale/Labers

Mme Marie-Clémence LE PAPE – Maître de conférences, Université Lumière Lyon 2/Centre Max Weber

Mme Cécile LEFÈVRE – Professeure des universités, Université Paris Descartes/Cerlis (rapporteure)

Mme Ariane PAILHÉ – Directrice de recherche, Ined (co-directrice)

M. Jan VAN BAVEL – Professeur de démographie, KU Leuven (rapporteur)

Résumé de la thèse :

En France, les politiques de conciliation travail-famille reposent principalement sur le développement de modes de garde institutionnels. Les grands-parents continuent pourtant d’occuper une place importante dans les arrangements quotidiens des familles. Comment expliquer leur implication dans la garde des jeunes enfants ? En alliant sociologies de la famille et de l’articulation des temps sociaux, et en croisant méthodes qualitatives et quantitatives, cette thèse s’intéresse aux bricolages des parents au quotidien pour articuler vies familiale et professionnelle, à travers l’étude du cas limite qu’est le recours à l’aide des grands-parents.

Cette thèse met l’emphase sur deux logiques. 1) S’il existe une norme de bonne grand-parentalité qui règle la façon dont les grands-parents s’impliquent dans la garde de leurs petits-enfants, celle-ci émane des catégories sociales supérieures et n’est pas intériorisée de façon homogène dans tous les milieux sociaux. Les stratégies éducatives des parents et les attentes vis-à-vis des grands-parents diffèrent selon l’origine sociale. 2) Les contextes professionnels, familiaux et institutionnels jouent comme des contraintes et des opportunités qui influent sur les arrangements quotidiens des parents et les conduisent à infléchir leurs stratégies éducatives quant à l’implication des grands-parents. L’analyse de l’articulation de ces logiques permet d’identifier quatre types de garde grand-parentale : dépannage, routine, intensif et loisirs. Cette thèse montre enfin la corrélation entre développement des enfants et garde grand-parentale, invitant à penser cet objet comme un ensemble diversifié de pratiques vectrices d’inégalités sociales.





Groupe d’Études des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne - GEMASS
Personnel CNRS - 59-61 rue Pouchet 75017 Paris- tél. +33 1 40 25 11 08 - email : gemass@cnrs.fr
Personnel Sorbonne - Maison de la Recherche - 28 rue Serpente - 75006 Paris - tél. +33 1 53 10 58 26


Dernière mise à jour le : vendredi 6 décembre 2019